Dernières infos

18 Avril 2018 DOSSIER DIALYSE – 3/4 – Quelle est la différence entre une dialyse et une hémodialyse ?
Un homme entouré de 2 professionnels de santé est dialysé

La différence entre une dialyse et une hémodialyse est la méthode utilisée pour traiter le sang d’un patient

> Lire la suite

La différence entre une dialyse et une hémodialyse est la méthode utilisée pour traiter le sang d’un patient.

 

La dialyse est également le terme générique employé.

 

La dialyse péritonéale se sert de l’abdomen pour épurer le sang via le péritoine. Le péritoine est une membrane composée de deux couches qui protège les organes et les viscères contenus dans la cavité abdominale. La solution de dialyse est introduite dans un cathéter placé chirurgicalement dans la cavité péritonéale. Les toxines, l’eau et les minéraux en excès passent du sang à la solution au travers de la membrane péritonéale servant de filtre. Le liquide est ensuite drainé vers l’extérieur pour être collecté. 

 

L'hémodialyse utilise une machine pour filtrer le sang du patient. La machine est reliée au patient par une fistule dans le bras, une connexion entre une veine et une artère pour augmenter significativement le débit et la pression. La pose de la fistule nécessite une intervention chirurgicale. Le sang est  purifié dans une solution qui élimine les liquides et les déchets organiques puis renvoyé dans la circulation sanguine.

 

Les deux méthodes très contraignantes nécessitent a minima 3 séances de 4 heures par semaine. Elles sont réalisées à domicile ou en structure spécialisée.
 

05 Avril 2018 DOSSIER DIALYSE – 2/4 – Qu’est-ce qu’une dialyse ?
 Gros plan sur les tuyaux d’un appareil de dialyse

Lorsque les deux reins sont malades et ne jouent plus leur rôle de filtre du sang, la dialyse est une solution

> Lire la suite

Lorsque les deux reins sont malades et ne jouent plus leur rôle de filtre du sang, la dialyse est une solution. 

 

La dialyse est un traitement médical prescrit en cas d’insuffisance rénale avancée qui utilise une machine pour épurer le sang. Ce procédé permet d’éliminer les déchets toxiques et l’excès d’eau et de minéraux qui s’accumulent dans l’organisme. Sans la dialyse, les déchets emmagasinés dans le corps provoqueraient un empoisonnement progressif.

28 Mars 2018 DOSSIER DIALYSE – 1/4 – À quoi servent les reins ?
Médecin tenant entre ses mains une représentation des reins

Les reins sont des organes vitaux dont l’une des principales missions est de filtrer le sang

> Lire la suite

Les reins sont des organes vitaux dont l’une des principales missions est de filtrer le sang.

 

Les reins sont constitués de plus d’un million de néphrons qui épurent le sang des déchets toxiques produits par l’organisme comme l’urée issue de la digestion des protéines ou la créatinine provenant de la dégradation de la créatine présente dans les muscles.

 

Les reins assurent également l’équilibre en eau et en minéraux (sodium, potassium…) de l’organisme. Ils produisent également des hormones, des enzymes et des vitamines qui interviennent dans la régulation de la tension artérielle, la production de globules rouges, l’absorption du calcium par l’intestin et sa fixation dans les os.
 

21 Mars 2018 Qu’est-ce qu’une structure de douleur chronique ?
Une femme accompagnée de son mari consulte un médecin pour des douleurs

Une structure de douleur chronique (SDC) est un centre d’évaluation et de traitement de la douleur

> Lire la suite

Une structure de douleur chronique (SDC) est un centre d’évaluation et de traitement de la douleur.

 

Elle est rattachée à un établissement de santé public ou privé. Le patient souffrant de douleurs chroniques y est orienté par son médecin traitant. 

 

La douleur est considérée comme chronique si :

- elle est persistante ou récurrente (plus de 6 mois) ;

- elle est difficile à traiter ;

- elle entraîne des problèmes fonctionnels et relationnels.

 

L’évaluation de la douleur chronique repose sur la prise en compte de plusieurs facteurs – biologique, psychologique et social – pour comprendre le ou les troubles dont souffre le patient afin de définir un projet thérapeutique personnalisé. La prise en charge est donc réalisée par une équipe de professionnels de santé pluridisciplinaire : médecin, infirmier, psychologue, kinésithérapeute, neurologue…

15 Mars 2018 Qu’est-ce qu’un centre de référence des infections ostéo-articulaires ?
Un homme consulte un médecin pour des douleurs au genou

Un centre de référence des infections ostéo-articulaires prend en charge les infections des os, des articulations et des prothèses articulaires les plus complexes

> Lire la suite

Un centre de référence des infections ostéo-articulaires prend en charge les infections des os, des articulations et des prothèses articulaires les plus complexes.

 

La prise en charge adéquate de ce type d’infections souvent post-opératoires est un enjeu majeur de santé publique qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les infections associées aux soins. De 2 000 à 2 500 nouveaux cas d’infections ostéo-articulaires sur prothèse sont diagnostiqués chaque année. Ce type d’infection est grave et peut atteindre le pronostic fonctionnel du patient. Un centre de référence regroupe des spécialistes de plusieurs disciplines pour offrir une prise en charge optimale et augmenter ainsi les chances de guérison : chirurgiens orthopédiques, plastiques, bactériologistes, infectiologues, radiologues, anesthésistes, rééducateurs fonctionnels, rhumatologues…

 

Un centre de référence a également une mission de coordination, d’expertise, de formation et de recherche.

09 Mars 2018 DOSSIER L’ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL (AVC) - 3/3 – Que mesurent les nouveaux indicateurs AVC en diffusion publique sur Scope santé et à quoi servent-ils ?
Une personne est assise à un bureau face à un médecin

Les nouveaux indicateurs AVC permettent de mesurer l’adaptation de la prise en charge aux besoins du patient afin d’améliorer sa qualité de vie

> Lire la suite

Les nouveaux indicateurs AVC permettent de mesurer l’adaptation de la prise en charge aux besoins du patient afin d’améliorer sa qualité de vie.

 

Les indicateurs affichés dans Scope santé évaluent la présence dans le dossier du patient de la trace :
-    d’une expertise neuro-vasculaire pour poser ou confirmer le diagnostic d’AVC en tant qu’infarctus ou d’hémorragie afin de définir la prise en charge et les traitements adéquats ;
-    d’une estimation par un professionnel de la ou des rééducations à engager en fonction des troubles causés par l’AVC. Par exemple, il peut s’agir d’une prise en charge par un masseur kinésithérapeute pour améliorer la motricité ou la sensibilité du patient par des exercices personnalisés ;
-    d’un dépistage des troubles de la déglutition réalisé au cours des premières 24h avant la première alimentation. Il permet d’éviter les pneumopathies d’inhalation, un passage accidentel dans les bronches de liquide ou d’aliments causés notamment par des fausses-routes et dont les conséquences sont une surinfection pulmonaire. Suite à ce dépistage, la consistance des aliments et des liquides pourra être ajustée ;
-    de la date d’une consultation post AVC pour établir un nouveau bilan des besoins du patient 2 à 6 mois après son AVC afin d’adapter son suivi. 

26 Février 2018 DOSSIER L’ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL (AVC) - 2/3 – Quels sont les premiers signes d’un AVC et que faut-il faire ?
Une femme se tient la tête et grimace de douleur

En cas de suspicion d’AVC, le bon réflex est de contacter immédiatement le 15 pour une prise en charge dans les meilleurs délais

> Lire la suite

En cas de suspicion d’AVC, le bon réflex est de contacter immédiatement le 15 pour une prise en charge dans les meilleurs délais.

 

En cas d’AVC, le temps est compté car certains traitements très efficaces doivent être administrés dans les premières heures après l’accident.

 

Les signes qui doivent alerter sont la survenue brutale d’un étourdissement, d’une perte de sensibilité ou de paralysie du visage, d’un bras, d’une jambe ou d’un côté du corps, de troubles de la vision ou de l’élocution, de violents maux de tête accompagnés parfois de vomissements.

Pages

Votre navigateur est obsolète

Cette application graphique dynamique nécessite pour son bon fonctionnement un navigateur récent, et risque de ne pas fonctionner sur votre navigateur.
Les navigateurs supportés sont à minima : Internet explorer 10 / Mozilla Firefox 20 / Google Chrome 26 / Safari 6.
Vous pouvez cependant consulter la liste des établissements de santé, pour chaque établissement, un lien vers sa fiche détaillée : Tous les établissements.

×