Dernières infos

11 Janvier 2018 Scope santé présente de nouveaux indicateurs de qualité et de sécurité des soins 
Présentation du détail de la dimension satisfaction des usagers

Retrouvez sur Scope santé les derniers résultats disponibles des indicateurs de qualité et de sécurité des soins

> Lire la suite

Retrouvez sur Scope santé les derniers résultats disponibles des indicateurs de qualité et de sécurité des soins.

Les nouveautés 2017 portent sur :
-    la satisfaction du patient hospitalisés plus de 48h en médecine, chirurgie ou obstétrique (court séjour) avec :
o    la publication de 6 indicateurs de mesure de la satisfaction du patient vis-à-vis de l’accueil, de la prise en charge par les médecins/chirurgiens, de la prise en charge par les infirmiers/aides-soignants, du repas, de la chambre et de l’organisation de la sortie,
o    l’affichage sur la fiche des établissements du pourcentage de patients ayant répondu « Oui, certainement » à la question « Recommanderiez-vous cet établissement à vos amis ou membres de votre famille s’ils devaient être hospitalisés pour la même raison que vous ? » avec une distribution nationale pour contextualiser le résultat ;
-    l’accident vasculaire cérébral (AVC) avec la présentation de 3 nouveaux indicateurs : Avis neuro-vasculaire, Dépistage des fausses routes et Consultation post AVC programmée ;
-    la dialyse avec l’indicateur d’évaluation annuelle de l’accès à la transplantation rénale.

18 Décembre 2017 61 % des personnes hospitalisées plus de 48h en court séjour (médecine chirurgie obstétrique) ont une bonne opinion générale de leur séjour
Un patient et une soignante discutent en se souriant

Parmi les 643 établissements de santé disposant d’une note de satisfaction sur Scope santé

> Lire la suite

Parmi les 643 établissements de santé disposant d’une note de satisfaction sur Scope santé :

 

1/ La meilleure note de satisfaction est attribuée à la prise en charge par les infirmier(e)s et les aide-soignant(e)s avec 81 sur 100

=> Parmi les points forts relevés par 9 patients sur 10 figurent le soutien et l’écoute, l’aide pour les activités courantes (manger, se lever, se laver, se vêtir…) et le respect de l’intimité et de la confidentialité. 

=> En revanche, un patient sur 4 n’est pas satisfait de la prise en charge des inconforts (nausées, vertiges, mauvaise position…) et des délais d’attente jugés trop long pour obtenir de l’aide.

 

2/ En 2e position, la prise en charge par les médecins et les chirurgiens avec une note de 80 sur 100

=> Près de 9 patients sur 10 considèrent avoir reçu des réponses satisfaisantes à leurs questions et bénéficié d’une écoute attentive. 

=> Parmi les patients ayant ressenti des douleurs au cours de leur hospitalisation, 88 % sont satisfaits ou très satisfaits de la façon dont ils ont été pris en charge. 

=> A contrario, les points à améliorer portent sur :

- Les explications sur les soins, les traitements, l’état de santé… qui pour plus d’un patient sur 4 ne sont pas spontanés ;
- la non-participation du patient aux décisions médicales malgré leur souhait (pour un patient sur 2), seuls 70 % d’entre eux ont été impliqués ;
- le manque de soutien pour un patient sur 4.

 

3/ Le niveau de satisfaction est moyen pour l’accueil (note de 73 sur 100) 

=> Parmi les points forts il est à noter l’accueil par les personnels, les horaires de visite, l’identification des personnes à qui s’adresser, 

=> L’accessibilité est à améliorer

 

4/ Juste à la suite, la chambre (note de 72 sur 100)

=> La propreté de la chambre est satisfaisante 

=> Sont relevés la température inadaptée de la chambre, l’inconfort des chambres doubles et le manque d’information sur l’existence de représentants d’usagers,  

 

5/ En cinquième position, figure l’organisation de la sortie (note de 63 sur 100)

=> Près d’un patient sur 4 déplore le manque d’information notamment, sur la date de sortie effective, sa reprise d’activité ou les cas devant l’amener à recontacter l’établissement ou son médecin traitant (complications…)

 

6/ Les repas obtiennent la moins bonne note  (58 sur 100)  due à leur mauvaise qualité et à leur manque de variété.

29 Novembre 2017 Que fait l’établissement de ma lettre de réclamation ?
Des soignants et des administratifs consultent un courrier en réunion

Chaque lettre de réclamation ou de plainte adressée au Directeur d’un établissement de santé fait l’objet d’une réponse

> Lire la suite

Chaque lettre de réclamation ou de plainte adressée au Directeur d’un établissement de santé fait l’objet d’une réponse.

 

Une copie de la lettre est adressée au service concerné et à la Commission des usagers, la CDU, hors demande d’indemnisation. La CDU a pour mission d’instruire la demande, c’est-à-dire d’examiner la plainte ou la réclamation. En fonction du motif, il pourra être proposé au plaignant de rencontrer un médiateur médecin ou non. Si tel est le cas, un compte-rendu est rédigé dans les 8 jours suivant la rencontre. Il permet à la Commission de formuler des recommandations afin d’apporter une solution au litige ou de proposer des voies de recours ou de conciliation, le cas échéant. Ensuite, dans les 8 jours, un courrier est envoyé au plaignant par le représentant légal de l’établissement accompagné d’une copie de l’avis de la CDU.

 

Le traitement des plaintes et des réclamations par une prise en compte de l’expérience du patient participe à l’amélioration de la qualité de la prise en charge. 

 

Toutes les informations utiles sur les droits des patients et notamment, sur le traitement des plaintes et des réclamations figurent dans la Charte de la personne hospitalisée disponible sur le site du Ministère : 
http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/charte_a4_couleur.pdf - pages 17 et 18

22 Novembre 2017 DOSSIER BLOC OPÉRATOIRE - 2/2 - Qu’est-ce que la check-list au bloc opératoire ? À quoi sert-elle ?
Une infirmière remplit une check-list durant une opération

​​​​​​​La check-list au bloc opératoire, obligatoire depuis 2011, est un moyen de sécuriser l’intervention afin de prévenir les événements indésirables, les risques d’accidents d’anesthésie et de chirurgie

> Lire la suite

La check-list au bloc opératoire, obligatoire depuis 2011, est un moyen de sécuriser l’intervention afin de prévenir les événements indésirables, les risques d’accidents d’anesthésie et de chirurgie.

L’efficacité de la procédure repose sur les contrôles réalisés à 3 étapes de l’intervention avant :

- l’anesthésie ;
- l’incision ;
- la sortie de la salle d’opération. 

Concrètement comment cela se passe ? Généralement, la personne en charge de la check-list est une infirmière. Elle questionne, vérifie à voix haute et coche sur un document 11 points clés partagés par toute l’équipe et pour certains, le patient.

Ces points comprennent notamment la vérification de l’identité du patient, ses éventuels risques d’allergie, le matériel utilisé… La check-list permet d’éviter par exemple une erreur d’identification du patient ou de côté à opérer, l’oubli d’une compresse ou de tout autre matériel dans le corps du patient.

Pour en savoir + : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1518984/fr/la-check-list-securite-du-patient-au-bloc-operatoire

14 Novembre 2017 DOSSIER BLOC OPÉRATOIRE - 1/2 - Qualité de la prise en charge au bloc opératoire : 56 % des établissements certifiés ont encore des progrès à faire
Une équipe chirurgicale opère dans un bloc

Sur les 317 établissements de santé visités depuis 2015 en V2014 et dotés d’un bloc opératoire, 56 % présentaient des dysfonctionnements

> Lire la suite

Sur les 317 établissements de santé visités depuis 2015 en V2014 et dotés d’un bloc opératoire, 56 % présentaient des dysfonctionnements.

 

Des évolutions ont été constatées concernant la sécurité des activités opératoires mais il reste des efforts à faire. Notamment, au niveau des bonnes pratiques qui ne sont pas toujours bien respectées comme par exemple, l’utilisation d’une check-list afin de limiter les risques d’erreur lors des interventions chirurgicales. D’autres améliorations sont attendues également : l’adaptation de tous les locaux et équipements, la mobilisation de ressources suffisantes au bloc et l’appropriation par tous les professionnels de santé concernés de la problématique de la gestion des risques liés à l’activité chirurgicale.

02 Novembre 2017 Quel est le lien entre la qualité de vie au travail pour les professionnels dans les établissements de santé et la qualité de la prise en charge des patients ?
Des soignants ont leurs mains les unes sur les autres en signe d'unité

Le lien démontré par de nombreux témoignages de professionnels et d’usagers du système de santé ainsi que par des études internationales est que plus les professionnels de santé se sentent bien dans un établissement et mieux les patients y sont soignés

> Lire la suite

Le lien démontré par de nombreux témoignages de professionnels et d’usagers du système de santé ainsi que par des études internationales est que plus les professionnels de santé se sentent bien dans un établissement et mieux les patients y sont soignés.

 

La qualité de vie au travail telle que définie dans l’accord interprofessionnel national signé en 2013 est le sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué.

 

Lorsque les conditions de travail se dégradent, la qualité du travail produit s’en ressent. Il est difficile d’exercer sereinement dans un environnement sous pression. Il s’agit d’un cercle vicieux. Le personnel est insatisfait de son travail et stressé, l’absentéisme augmente, les relations humaines se détériorent, la communication entre les professionnels de santé devient difficile, les risques de négligences et de maltraitance sont accrus. Au final, le patient pâtit de ces dysfonctionnements par une baisse de la qualité de sa prise en charge.

 

La qualité de vie au travail permet de casser ce cercle vicieux pour entrer dans une dynamique où l’ensemble du personnel participe avec les organisations syndicales et la Direction à la définition des solutions d’amélioration des conditions de travail pour redonner du sens au travail de chacun.

 

Pour améliorer la qualité et la sécurité des soins, il est essentiel qu’un établissement de santé place la qualité de vie au travail au centre de son organisation.

25 Octobre 2017 DOSSIER - DOSSIER PATIENT ET QUALITÉ DE LA PRISE EN CHARGE - 4/4 : Qualité du dossier du patient : 41 % des établissements sont cotés « A ». Et le vôtre ?
Une patiente prend un dossier tendu par une infirmière souriante

41 % des établissements MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) sont cotés A, 31 % B et 28 % C.

> Lire la suite

41 % des établissements MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) sont cotés A, 31 % B et 28 % C.

 

Les résultats 2016 montrent que, tous types d’établissements confondus (MCO, santé mentale, hospitalisation à domicile et soins de suite et de réadaptation), les dossiers des patients sont majoritairement, pour 97 % d’entre eux en moyenne, organisés et classés. De même, 91 % des dossiers contiennent des prescriptions médicamenteuses rédigées selon les règles de bonne pratique ainsi que d’autres documents importants comme le dossier d’anesthésie et les comptes rendus opératoires en cas de chirurgie.

 

Mais certains établissements de santé doivent encore s’améliorer concernant le contenu de l’examen médical d’entrée (conclusion de l’examen clinique, antécédents médicaux, traitements en cours, résultats d’examens…) souvent incomplet, le courrier de fin d’hospitalisation qui ne contient pas toujours toutes les informations utiles pour une bonne coordination des soins et la rédaction d’un traitement de sortie, si applicable, qui n’est pas systématique.

 

Pour découvrir si votre établissement fait partie des bons élèves, nous vous invitons à consulter l’onglet qualité de la fiche de votre hôpital ou clinique et à cliquer sur la dimension « Dossier du patient » pour avoir accès aux résultats des différents indicateurs qui la composent.

Pages

Votre navigateur est obsolète

Cette application graphique dynamique nécessite pour son bon fonctionnement un navigateur récent, et risque de ne pas fonctionner sur votre navigateur.
Les navigateurs supportés sont à minima : Internet explorer 10 / Mozilla Firefox 20 / Google Chrome 26 / Safari 6.
Vous pouvez cependant consulter la liste des établissements de santé, pour chaque établissement, un lien vers sa fiche détaillée : Tous les établissements.

×