Vous êtes ici

Patients en fin de vie

< Retour
Prise en charge et droits des patients en fin de vie-MCO-SSR-SLD-HAD
Résumé

Cet indicateur évalue si l'établissement met en place une prise en charge des patients en soins palliatifs, y compris lorsqu'il n'existe pas d'unité spécifique de soins palliatifs. Cela implique que les professionnels recherchent l'amélioration des conditions de vie pour les patients face aux conséquences d'une maladie grave et potentiellement mortelle.

Question à laquelle l’indicateur répond

Comment les patients en fin de vie sont-ils pris en charge et leur entourage accompagné ?

Lien avec la qualité des soins

La gestion de situations de fin de vie contribue à la qualité de la prise en charge. Elle peut mener à une réflexion sur le bien-fondé de certains traitements au regard de leur bénéfice pour le patient.

Limites de l'indicateur

L'indicateur mesure la mise en place d'une politique globale et d'actions concrètes et non chaque situation individuelle.

Définitions annexes

Les soins palliatifs ne visent pas à combattre les causes de la maladie, mais cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches face aux conséquences d’une maladie grave et potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la douleur et par la prise en compte des problèmes physiques, psychologiques et sociaux qui y sont liés. Toute personne dont l’état de santé le justifie doit pouvoir en bénéficier, quel que soit le lieu de sa prise en charge. Les soins palliatifs ne concernent pas seulement les derniers jours de la vie. On peut y recourir tôt dans le décours de la maladie, pour mieux anticiper les difficultés inhérentes à la fin de vie et pour engager une réflexion sur le bien-fondé de certains traitements au regard de leur bénéfice pour le patient. Ils peuvent être mis en oeuvre simultanément à des soins dits curatifs. Les unités de soins palliatifs (USP) et les lits identifiés de soins palliatifs (LISP) constituent une offre de soins spécifique, et n’ont vocation à accueillir que les patients nécessitant une prise en charge complexe. Les situations ne présentant pas de difficultés cliniques, sociales ou éthiques particulières sont prises en charge par les services non spécialisés en soins palliatifs, avec l’appui le cas échéant d’une équipe mobile.

A savoir

Les droits des patients en fin de vie ont été posés par la loi du 9 juin 1999 sur l’accès aux soins palliatifs, et réaffirmés par la loi Leonetti de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. La loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie vient renforcer le dispositif.

Votre navigateur est obsolète

Cette application graphique dynamique nécessite pour son bon fonctionnement un navigateur récent, et risque de ne pas fonctionner sur votre navigateur.
Les navigateurs supportés sont à minima : Internet explorer 10 / Mozilla Firefox 20 / Google Chrome 26 / Safari 6.
Vous pouvez cependant consulter la liste des établissements de santé, pour chaque établissement, un lien vers sa fiche détaillée : Tous les établissements.

×