Vous êtes ici

Prévention des infections en chirurgie (ICA-LISO)

< Retour
Indicateur composite de lutte contre les infections du site opératoire
Résumé

Cet indicateur évalue l'organisation pour la prévention des infections du site opératoire en chirurgie ou en obstétrique, les moyens mobilisés et les actions mises en œuvre par l'établissement.

Question à laquelle l’indicateur répond

Quels sont les moyens, l’organisation et les actions mis en place par l'établissement pour lutter contre les infections du site opératoire ?

Lien avec la qualité des soins

Si en France le risque d'infection post-opératoire est peu fréquent, ces infections sont toutefois au troisième rang des infections nosocomiales. Leur surveillance est donc une priorité dans les établissements de santé ayant une activité chirurgicale ou obstétricale afin de diminuer les risques de transmission infectieuse au patient durant un acte opératoire.

Ce qu'il mesure et Méthode de recueil (détails techniques et statistiques)

Cet indicateur est présenté sous la forme d'une note comprise entre 0 et 100.

Il correspond à l'addition de 15 critères considérés comme les plus importants pour la prévention des infections post-opératoires en chirurgie ou en obstétrique. Un nombre de points est affecté à chacun des critères selon leur importance. Les critères sont répartis en 3 groupes :

1. L'Organisation entre les chirurgiens, l'équipe opérationnelle d'hygiène et la commission ou conférence médicale d’établissement (16 points)

2. Les Moyens  (10 points) :

  • Système d'information
  • Prévention fondée sur des protocoles relatifs aux précautions recommandées au bloc opératoire (préparation cutanée de l'opéré, l’hygiène spécifique au bloc, antibioprophylaxie…)

3. Les Actions (74 points) :

  • Surveillance des taux
  • Evaluation des pratiques

Il concerne uniquement les établissements de santé ayant une activité de chirurgie ou d'obstétrique.

Il ne permet pas de mesurer la fréquence des infections du site opératoire. Il ne s'agit pas du taux d'infections nosocomiales.

Comment interpréter son résultat ?

Cet indicateur est présenté sous la forme d’un score sur 100. L'organisation de la prévention des infections post-opératoires en chirurgie ou en obstétrique est d’autant plus performante que le score est proche de 100.

Les résultats sont rendus :

  • sous forme de classe de performance (cotation de A à E),
  • par catégorie d'établissements concernés par une activité chirurgicale et/ou obstétricale (centres hospitaliers universitaires, centres hospitaliers, cliniques de médecine et de chirurgie de plus ou moins 100 lits, centres de lutte contre le cancer, etc.),
  • en fonction de la taille des établissements de santé,
  • à partir des données des bilans standardisés annuels de la prévention des infections nosocomiales.

Les classes (A, B, C, D, E)  sont définies de manière homogène pour l’ensemble des indicateurs du TdBIN. Les bornes des classes de performance sont établies selon une méthode statistique reposant sur les centiles de distribution de chaque catégorie d’établissement à partir de l’année de référence (année de simulation).

Ceci permet de suivre l’évolution des résultats des établissements par rapport à cette année de référence.

Ces bornes de classes ne changent pas au fil des années, afin de visualiser les changements de classe des établissements d'une année sur l'autre, qu'il s'agisse d'une progression d'une régression.

Lorsque le résultat de l'indicateur est supérieur ou égal à  la valeur associée au percentile 80 (valeur qui est établie par catégorie d’établissement), la classe de performance est égale à A. les classes de performance sont définies ainsi

Définition des classes E < P20 ≤ D < P40 ≤ C < P60 ≤ B < P80 ≤ A

Clés de lecture :

Les classes de performance sont symbolisées par des lettres et des couleurs :

  • La classe A correspond aux établissements les plus en avance sur l'organisation de la prévention des infections post-opératoires en chirurgie ou en obstétrique
  • La classe E  correspond aux établissements les plus en retard sur l'organisation de la prévention des infections post-opératoires en chirurgie ou en obstétrique

Les classes de performance sont symbolisées par des couleurs :

Les couleurs Carré vert foncé - 10x10 et Carré vert clair - 10x10 symbolisent les meilleures classes (A et B)

La couleur Carré jaune - 10x10 symbolise la classe intermédiaire (C)

Les couleurs Carré orange - 10x10 et Carré rouge - 10x10 symbolisent les classes les moins bonnes (D et E)

La couleur Carré rouge - 10x10  symbolise également les établissements "Non répondants"

  symbolise les établissements "Non concernés"

Les établissements "Non répondants" correspondent aux établissements qui n'ont pas envoyé leur bilan standardisé des activités de lutte contre les infections nosocomiales.

Pour les établissements "Non concernés" par cet indicateur, la mention "Non concerné" est affichée à la place du résultat et de la classe de performance dans la fiche détaillée.

L'évolution de l'indicateur dans le temps est symbolisée par une flèche :

  • La flèche montante indique si l'établissement a progressé par rapport à l'année précédente en passant à une classe de performance supérieure (de B à A, de C à A, etc.)
  • La flèche horizontale indique si l'établissement est stable par rapport à l'année précédente (pas de changement de classe de performance)
  • La flèche descendante indique si l'établissement a régressé par rapport à l'année précédente en passant à une classe de performance inférieure (de A à B, de B à D, etc.)
Limites de l'indicateur

Cet indicateur rend visible l'engagement de l'établissement dans une démarche d'évaluation et d'amélioration des pratiques et de maîtrise du risque infectieux en chirurgie pour les établissements de santé ayant une activité chirurgicale ou obstétricale. Cependant, il ne garantit pas qu’aucune infection ne soit contractée au décours d'une prise en charge chirurgicale.

Définitions annexes

Une infection nosocomiale est une infection contractée au cours d’un séjour dans un établissement de santé. Elle peut être directement liée aux soins ou survenir durant l’hospitalisation, en dehors de tout acte médical.

Chaque établissement de santé doit établir annuellement un bilan standardisé des activités de lutte contre les infections nosocomiales selon un modèle défini par un texte réglementaire. Les établissements effectuent une saisie informatique des données de ce bilan. Les résultats de l’indicateur sont ensuite calculés par l’ATIH. Cette démarche s’impose à tous les établissements de santé.

Un indicateur composite est une valeur dérivée d’une combinaison de divers critères d'évaluation.

A savoir

Le cadre réglementaire :

Arrêté du 20 février 2015 modifié relatif au bilan annuel des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé et son annexe (questionnaire)

Arrêté du 20 février 2015 fixant les conditions dans lesquelles l’établissement de santé met à la disposition du public les résultats, publiés chaque année, des indicateurs de qualité et de sécurité des soins

Instruction N° DGOS/PF2/2015/67 du 11 mars 2015 relative au bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé pour l’année 2014

Instruction N°DGOS/PF2/2015/139 du 27 avril 2015 relative aux modalités pratiques de mise à la disposition du public par l’établissement de santé, des résultats des indicateurs de qualité et de sécurité des soins

Votre navigateur est obsolète

Cette application graphique dynamique nécessite pour son bon fonctionnement un navigateur récent, et risque de ne pas fonctionner sur votre navigateur.
Les navigateurs supportés sont à minima : Internet explorer 10 / Mozilla Firefox 20 / Google Chrome 26 / Safari 6.
Vous pouvez cependant consulter la liste des établissements de santé, pour chaque établissement, un lien vers sa fiche détaillée : Tous les établissements.

×